Prévisions météo, notifications, livecams, radar des précipitations : Les informations affichées dans Alarme-Météo sont basées sur des données hébergées sur les serveurs d’aspectra AG. Une raison suffisante pour jeter un coup d’œil dans les coulisses et découvrir le seul centre de données carboneutre en Suisse.

Alarme-Météo s’appuie sur les solutions d’hébergement d’Aspectra depuis 2009. Le développement constant de l’application d’Alarme-Météo a également des effets sur l’hébergement des données, ce que nous allons montrer dans ce qui suit. Mais d’abord une brève introduction du centre de données d’aspectra.

Depuis 2000 et pourtant ultramoderne

Depuis 18 ans, les serveurs d’Aspectra AG sont situés dans chez l’opérateur de centres de données européen Interxion à Glattbrugg, dans le canton de Zurich. Malgré cet âge, la centrale est ultramoderne : La technologie est constamment renouvelée afin de répondre aux dernières exigences. Les extensions les plus importantes, y compris la conversion du bâtiment existant et de l’infrastructure associée, ont eu lieu entre 2008 et 2011 et entre 2013 et 2014.

Un système N+1 redondant

Dans le centre de données de Glattbrugg, tous les éléments tels que l’électricité, les batteries et la climatisation sont conçus selon le système redondant. N+1 représente le nombre de modules nécessaires pour assurer une alimentation suffisante pour les systèmes connectés, plus un module supplémentaire. De cette façon, les temps d’arrêt sont considérablement réduits. Et nous, en tant que clients, pouvons le confirmer : La disponibilité des serveurs d’Alarme-Météo en 2018 est de 99,99% jusqu’à présent !

Interxion Aspectra
Source : Interxion / Aspectra

Un destructeur d’énergie – mais écologique

Un tel centre de données est un véritable gouffre d’énergie. La salle informatique de Glattbrugg, où sont également hébergées les données d’Alarme-Météo, consomme en permanence environ 65 kW d’électricité. Cela correspond à environ 140 ménages de quatre personnes – sans compter l’électricité pour la climatisation !

La consommation d’énergie dépend fortement des conditions météorologiques actuelles : à des températures extérieures allant jusqu’à 17 °C, il n’est pas nécessaire de refroidir activement les salles de serveurs. Il suffit donc de dissiper la chaleur à l’aide d’un échangeur. Cependant, à des températures extérieures supérieures à 17 °C, des unités de refroidissement doivent être utilisées pour refroidir la salle des serveurs à la température idéale de 24 °C afin que les serveurs puissent continuer à fonctionner de manière stable. Le rafraichissement est immédiatement perceptible : Dans la salle des serveurs, où les ordinateurs qui clignotent occasionnellement se trouvent dans leurs racks, le niveau de bruit est relativement élevé ; une conversation ne peut se faire qu’avec une voix élevée. Vous pouvez également sentir le courant d’air nécessaire au refroidissement. L’air de refroidissement froid est d’abord conduit depuis le sol via les serveurs, puis aspiré près du plafond, qui est maintenant chauffé.

L’ensemble de l’installation de Glattbrugg fonctionne à 100% avec des énergies renouvelables et est certifié par myclimate® comme le seul centre de données neutre en carbone en Suisse.

Nouveau paysage de serveurs pour les Livecams

En raison notamment de l’introduction des Livecams à l’été 2017, un redimensionnement du paysage serveur existant de Alarme-Météo est devenu nécessaire. Les pointes de charge sont également incomparablement plus élevées que les années précédentes en raison de la forte croissance des utilisateurs, ce qui a nécessité une augmentation massive des ressources serveur. Au printemps 2018, Alarme-Météo a migré la base de données d’un serveur physique vers un serveur virtuel, l’application elle-même fonctionne pratiquement depuis des années. Les avantages d’un environnement de serveur virtuel sont évidents pour les alarmes météo en raison des différents niveaux d’utilisation en fonction du jour, de la période de l’année et de la situation de tempête :

  • En l’espace d’une minute, le volume requis peut être multiplié par 10, par exemple lors de l’envoi d’avertissements de tempête et des accès ultérieurs aux applications. Les serveurs virtuels garantissent la flexibilité nécessaire.
  • La consommation d’énergie peut être considérablement réduite car les ressources du serveur ne sont démarrées qu’à la demande pour couvrir les pics de consommation. A l’époque, les serveurs devaient toujours être suffisamment dimensionnés pour faire face à d’éventuelles pointes de charge et, en règle générale, effectuer leur travail de manière “sous-dimensionnée”.
  • Si Alarme-Météo a besoin de ressources supplémentaires, celles-ci peuvent être simplement “commandées” par logiciel.
  • La maintenance des serveurs virtuels est également plus facile et plus rapide à mettre en œuvre.

Le serveur d’Alarme-Météo en chiffres

  • Débit moyen de l’application : 10 Mbit par seconde
  • Débit applicatif en période de pointe, par ex. avertissements d’intempéries : jusqu’à 100 Mbit/seconde
  • Ressources : 60 Go de mémoire, 20 vCPUs
  • L’utilisation des ressources aux heures de pointe est d’environ 80 %

Alarme-Météo est bien préparé pour l’avenir avec son partenaire d’hébergement Aspectra. Grâce aux serveurs virtuels, le volume de serveur requis peut être démarré en un rien de temps et les utilisateurs d’alarmes météo bénéficient également d’une disponibilité des données quasi totale.

 

Liens:

aspectra – hosting your future >

Téléchargement gratuit d’Alarme-Météo >