Le printemps 2020 a été le troisième printemps le plus chaud depuis le début des mesures, avec peu de précipitations et une longue période sèche à partir de la mi-mars. Une courte rétrospective
du printemps Corona.

Printemps ensoleillé avec peu de précipitations

Après l’hiver le plus doux, la Suisse a connu son troisième printemps le plus chaud depuis le début des mesures :
En moyenne nationale, les températures printanières ont augmenté cette année pour atteindre 6,2° C – cette valeur moyenne signifie que le printemps 2020 a été le troisième printemps le plus chaud depuis le début des mesures. Dans l’histoire de la météorologie suisse, il n’y a eu que cinq cas de températures printanières moyennes de 6° C ou plus – ces cinq cas ont tous été enregistrés après l’an 2000.

En guise de brève comparaison : avant les années 1980, une température moyenne de 5°C était déjà considérée comme extrêmement chaude. Mais au cours des 30 dernières années, la température moyenne printanière nationale a été supérieure à 5 °C ; l’ancienne valeur extrême est maintenant devenue la norme. L’extrême devient la moyenne – ce qui peut certainement être considéré comme un signal du changement climatique en Suisse.
Au printemps Corona 2020, il y a eu beaucoup de soleil et peu de précipitations. Seulement 60 à 70 % des précipitations normales ont été mesurées (par rapport à la norme 1981 – 2010). Mais
il y avait de grandes différences régionales : la quantité normale de précipitations a été mesurée à Lugano, par exemple ; à Locarno-Monti, en revanche, seulement 65 % de la norme a été mesurée. Il y avait aussi des différences locales en Valais : alors que les précipitations à Sion ont été légèrement supérieures à la moyenne, seulement 63 % des précipitations normales ont été enregistrées à Grächen.

Le manque de précipitations a entraîné une longue période sèche et un risque d’incendies de forêts de la mi-mars à la fin avril. Les cantons des Grisons, de Saint-Gall et du Tessin, en particulier, ont averti à temps d’un grand danger d’incendie par une interdiction d’allumer des feux. Parfois, de grandes parties de la Suisse ont également été en l’occurrence touchées.

Arc-en-ciel avec précipitations & soleil simultané

Lors de précipitations avec un ensoleillement simultané, des arcs-en-ciel ne sont généralement pas loin. Un spectacle aussi coloré a pu être observé à divers endroits le 23 mai, par exemple – et a même été enregistré par les webcams dans l’application Alarme-Météo. Mais savez-vous vraiment comment un tel arc-en-ciel survient ?

Webcam - La-Tour-de-Peilz - Wetter-AlarmWebcam de La Tour-de-Peilz, le 23 mai 2020

Regenbogen Webcam Bantiger - Wetter-AlarmWebcam du Bantiger, le 23 mai 2020

Durée d’ensoleillement extrême régionale

Le printemps 2020 a été non seulement chaud, mais aussi très ensoleillé : avec 718 heures d’ensoleillement, Bâle a enregistré la deuxième valeur la plus élevée depuis le début des mesures
en 1886 et les villes de Zurich (727 heures d’ensoleillement) et de Berne (745 heures d’ensoleille-ment) ont également bénéficié d’un ensoleillement supérieur à la moyenne ce printemps.

La combinaison d’un temps ensoleillé et de masses d’air propres et sans particules a créé des conditions parfaites pour une vue panoramique des différentes chaînes de montagnes des Alpes :

Webcam du Rothorn de Brienz, le 14 avril 2020

Webcam - Glacier3000 - Wetter-AlarmWebcam du Glacier 3000, le 16 mars 2020

Recevoir des prévisions météo actuelles avec Alarme-Météo

L’application gratuite Alarme-Météo vous propose des prévisions météorologiques provenant de plus
de 15’000 points météorologiques en Suisse. En outre, les plus de 200 webcams vous donnent un aperçu de la météo actuelle dans différentes régions de Suisse. La meilleure application météo de Suisse est disponible gratuitement pour Android et iOS.

Télécharger Alarme-Météo

Source des statistiques : Bulletin climatique du printemps, MétéoSuisse (.pdf)